Hi there, you are not logged in - log in or register here

OPÉRATIONS DE 1918

Après le déplacement du No.1 AD et 1 ASD, St. Omer devint à nouveau un terrain opérationnel. Cette dernière étape fut inaugurée le 16 avril 1918 avec l’arrivée d’Esc.4 équipée de RE8s, suivie des SE5 d’Esc.29 le 22 avril, les Camels d’Esc.210 le 27 et les Dolphins d’Esc.23 le 29 avril. Cette dernière repartit avant 15 jours, mais il y eût toujours deux escadrilles opérationnelles à St. Omer pendant les 5 mois suivants.

L’Esc.4 resta à St. Omer plus de 5 mois, dans les hangars à l’ouest du terrain d’aviation. Sous la commande de Maj. RE Saul, elle faisait partie de la deuxième Aile et devait apporter soutien au Corps XV. Comme telle, elle jouait un rôle actif contre l’attaque de printemps des Allemands et aidait l’avance des Alliés. Comme escadrille du Corps d’Armée, ses RE8 assumèrent des taches importantes de coopération : d’observation d’artillerie, de photographie et patrouilles de contact avec les fantassins. Ils payaient cher cependant – dès son arrivée a St. Omer un RE8 fut forcé à atterrir par les chasseurs ennemis, son équipage blessé. Il y eût cinq autres accidents avant la fin du mois et 3 morts. Salves de tir du sol et également le feu des Alliés réclamait aussi des victimes. Par exemple, le 16 juin 1918, les Lieutenants P Bertrand et C Levick furent tués quand leur RE8 fut atteint par un obus Britannique. Esc.4 a démontré sa dédicace ainsi que les autres escadrilles de reconnaissance en continuant leur rôle face aux pertes incessantes. Le 14 septembre, 2 jours avant le départ d’Esc.4 de St. Omer, un autre RE8 fut abattu par les chasseurs Allemands. Le pilote, Lt. TO Henderson fut blessé et sous-Lt. F Butterworth tué. En tout, pendant les cinq mois à St. Omer, l’escadrille subit 40 pertes et plus de 10 avions descendus

Les nouvelles unités, récemment arrivés à St. Omer étaient toutes des escadrilles de chasse. Esc.29 n’était pas complètement à point, ayant remplacé ses Nieuport avec des SE5as. Après quelques accidents au début, dus à la nouveauté des avions, son état de service s’améliora progressivement. Quand ils quittèrent St. Omer pour Vignacourt le 11 juin 1918, 19 avions ennemis avaient été détruits ou obligés à atterrir contre la perte de 4 pilotes. Le séjour de l’escadrille à Vignacourt fut bref, retournant à St. Omer le 22 juillet 1918. Elle apprécia un grand succès la première soirée de son retour, quand 3 biplaces furent détruits. Trois autres victoires furent marquées avant le départ d’Esc.29 pour la dernière fois, 1 août 1918, joignant l’Aile No.11 à Hoog Huis.

Les Camels de l’Esc.210 eurent un succès mixte pendant leur séjour d’un mois à St. Omer. Deux jours après leur arrivée un pilote fut tué par le feu du DCA, et deux avions endommagés le 6 et 8 mai. Ayant revendiqué avoir abattu 4 avions ennemis au 15 mai, l’escadrille subit une perte sérieuse quand deux Camels entrèrent en collision et les deux pilotes furent tués. Lorsque l’escadrille quitta St. Omer le 30 mai 1918, 8 victoires de plus (un ballon d’observation inclus) avaient été ajoutées contre la perte de deux autres Camels (un pilote tué.)

Le départ de l’Esc.210 fut suivi par l’arrivée d’Esc 54, mais brièvement, avant d’être remplacé par l’Esc.85, équipé de SE5as sous la commande de Maj. « Billy » Bishop. Elliot White Springs signala être impressionné par la promptitude de l’escadrille. Ayant reçu l’ordre de quitter Petit Synthe en fin de matinée du 11 juin, elle était prête à partir en quelques heures, atterrissant à St. Omer en fin de l’après-midi.

Malgré la future polémique, il est évident que Bishop a donné l’exemple de combat aérien agressif pendant si peu de temps à St. Omer. Avant son départ pour une poste au Canada, il réclamait 13 autres victoires, totalisant 72 ; 5 de ces victoires le dernier jour en commande de l’escadrille.

Maj. Edward « Mick » Mannock succéda à Bishop - un pilote de chasse d’expérience avec plus de 50 victoires. Il n’arriva à St. Omer que le 5 juillet 1918 mais son style de direction s’avéra très diffèrent de Bishop. Il employa beaucoup de temps à développer des tactiques d’attaque, renforçant les liens des équipes, et spécialement en encourageant les plus jeunes pilotes et ceux moins expérimentés. En même temps, il ajouta à son propre total, avant d’être abattu par un tir d’infanterie et tué le 26 juillet, au petit matin, en sortie de St. Omer en compagnie de Lt. DC Inglis – mais pas sans réclamer son 61ème succès. Les Allemands trouvèrent son corps brûlé et l’inhumèrent, mais l’emplacement exact est aujourd’hui perdu. Il est commémoré avec plus de 1000 autres aviateurs sans sépulture sur le Monument Aux Morts d’Arras.

La mort de Mannock fut un grand choc pour l’escadrille. Le Roi lui accorda un VC posthume pour son « courage sans peur, sa compétence brillante, son dévouement au devoir et son abnégation.» Sans aucun doute, Mannock était une source d’inspiration qui a donné à la RAF, nouvellement fondée, un exemple d’expertise professionnelle et de qualités de chef qui servirait d’inspiration dans les années à venir. Maj. Cyril Crowe - un autre « as » avec 14 victoires – assura la commande de l’Esc.85 jusqu'à la fin de l’année.

Un autre succès remarquable de la période de commande de Mannock fut le combat du 24 juillet 1918 avec les Fokker DVIIs (peut-être de Jasta 43.) Un rapport signala 3 avions ennemis abattus – les Allemands enregistrèrent 3 avions forcés d’atterrir et 3 autres endommagés. Esc.85 a été celle qui a eu le plus grand succès à St. Omer pendant la guerre. En sus de Bishop et Mannock, d’autres « as » ont obtenu de grands resultats : Cne. MC McGregor, AC Randall, Lt. AS Cunningham-Reid et JW Warner. Pendant leur séjour à St. Omer l’escadrille revendiqua plus de 58 victoires ( y compris celle d’un ballon d’observation) contre la perte de 10 pilotes tués, blessés ou fait prisonniers.

L’Esc.85 quitta St. Omer pour Bertangles le 13 août 1918, remplacée le même jour par Esc.41, également équipée de SE5as, sous la commande de Maj. GH « Beery » Bowman. Son premier succès eut lieu le 17 août, Cne. FR McCall rapporta un LVG biplace hors de contrôle et Lt. W Shields détruisit un chasseur Pfalz. Malheureusement, un succès mitigé par la perte d’un des meilleurs pilotes, Lt. WG Claxton, abattu et fait prisonnier et Lt. TM Alexander, tué en combat. Dix autres victoires (la plupart des Fokkers) furent réclamés pendant ce mois là contre la perte d’un pilote : Lt. AVF Trimble, tué en combat. Six autres victoires furent réclamés en septembre, dont un ballon d’observation incendié par Cne. FO Soden le 15ème.

L’alliance avec l’Armée de l’Air Britannique se termina par le transfère de l’Esc.41 à Droglandt le 20 septembre, deux jours après le départ du No.4 de St. Omer. L’armée Allemande en retraite se trouva hors de portée des forces de St. Omer. Du personnel et des unités restèrent jusqu’en 1919, y compris, quelques avions, mais le départ des SE5s d’Esc.41 vit la fin de St.Omer comme terrain d’aviation d’importance et la fin de l’association intime de quatre ans avec le Service de l’Air Britannique.

Des dons

Chaque année depuis son inauguration en 2004, Cross & Cockade International paie la Commonwealth War Graves Commission une somme à quatre chiffres pour maintenir le Memorial Air Services Britannique à St Omer. Un petit don de vous aider à garder ce 'propre à héros'

Je voudrais faire un don £

powered by csb internet